• Les seuils prévus pour adopter une présentation simplifiée des comptes annuels  aménagés
    le 26 juin 2019 à 22:00

    L’article 47 de la loi Pacte a introduit dans le Code de commerce une nouvelle catégorie d’entreprises, les moyennes entreprises, qui bénéficient de mesures d’allégement en matière de comptes annuels (Loi 2019-486 du 22-5-2019 art. 47). Les dispositions de cet article s’appliquent aux comptes des exercices clos à compter du 23 mai 2019, date de la publication de la loi.Les entreprises moyennes peuvent ainsi adopter une présentation simplifiée de leur compte de résultat (C. Com. art. L 123-16). Les entreprises concernées sont les commerçants, personnes physiques ou morales, ne dépassant pas les seuils prévus à l’article D 123-200 du Code de Commerce, dans sa rédaction issue du décret du 29 mai 2019. Sont ainsi visées les entreprises, pour lesquelles, au titre du dernier exercice clos, deux des trois seuils suivants ne sont pas dépassés : 20 millions d’euros de total du bilan, 40 millions d’euros de chiffre d’affaires net et 250 salariés employés en moyenne au cours de l'exercice.Par ailleurs, le décret précité relève également les seuils prévus pour les petites entreprises à l’article D 123-200 du Code précité. Ces dernières peuvent ainsi adopter une présentation simplifiée de leurs comptes annuels lorsqu'elles respectent deux des trois conditions suivantes : total du bilan n'excédant pas 6 millions d’euros (au lieu de 4), chiffre d'affaires n'excédant pas 12 millions d’euros (au lieu de 8) et nombre de salariés employés en moyenne au cours de l'exercice au plus égal à 50 (ce dernier seuil est inchangé).Les dispositions prévues par ce décret sont entrées en vigueur le 31 mai 2019.Philippe MILLANPour en savoir plus sur la présentation simplifiée des comptes annuels : voir Mémento Fiscal n° 86837 Décret 2019-539 du 29-5-2019 […]

  • Mécénat : obligation déclarative des entreprises donnant plus de 10 000 € 
    le 25 juin 2019 à 22:00

    L’article 149 de la loi 2018-1317 du 28 décembre 2018 a instauré pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019 une obligation déclarative spécifique pour les entreprises qui effectuent annuellement plus de 10 000 € de dons et versements ouvrant droit à la réduction d’impôt prévue à l’article 238 bis du CGI (voir La Quotidienne du 17 janvier 2019).Un décret du 27 mai 2019 (JO 29) précise les modalités d’application de cette mesure en étendant obligation de déclaration actuellement prévue à l’article 49 septies X de l’annexe III au CGI aux entreprises effectuant des dons annuels supérieurs à 10 000 €. On rappelle que les informations concernées doivent être transmises sur un support électronique dans le même délai que celui prévu pour la déclaration de résultat de l’exercice au cours duquel les dons et versements sont effectués.Ces dispositions sont applicables à compter du 30 mai 2019.Michel GRAILLEPour en savoir plus sur le mécénat d'entreprise : voir Mémento Fiscal nos 10695 s. Décret 2019-531 du 27-5-2019 […]

  • Travaux parlementaires : ordre du jour des textes discutés
    le 25 juin 2019 à 22:00

    Session ordinaire à compter du 1er octobre 2018Semaine du 24 juinAssemblée nationaleSénatLundi 24 juin- Projet de loi relatif aux compétences de la Collectivité européenne d'AlsaceMardi 25 juin- Projet de loi relatif aux compétences de la Collectivité européenne d'Alsace- Projet de loi relatif à l'énergie et au climat- Projet de loi de transformation de la fonction publiqueMercredi 26 juin- Projet de loi relatif à l'énergie et au climat- Projet de loi de transformation de la fonction publique- Proposition de loi visant à clarifier diverses dispositions du droit électoral- Proposition de loi visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobilesJeudi 27 juin- Proposition de loi relative au droit de résiliation sans frais de contrats de complémentaire santé : CMP- Projet de loi relatif à l'énergie et au climat- Projet de loi de transformation de la fonction publiqueVendredi 28 juin- Projet de loi relatif à l'énergie et au climatSemaine du 2 juilletAssemblée nationaleSénatMardi 2 juillet- Questions au Gouvernement- Projet de loi pour une école de la confiance : CMP- Projet de loi pour la conversation et la restauration la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale à cet effet- Projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2019-207 du 20 mars 2019 relative aux voies réservées et à la police de la circulation pour les jeux Olympiques et Paralympiques de 2024- Proposition de loi relative à l'interdiction des violences éducatives ordinairesMercredi 3 juillet- Proposition de loi visant à lutter contre la haine sur internet- Proposition de loi tendant à créer un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presseJeudi 4 juillet- Projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés : CMP- Projet de loi pour une école de la confiance : CMP- Proposition de loi relative au droit de résiliation sans frais de contrats de complémentaire santé : CMPSemaine du 9 juilletAssemblée nationaleSénatMardi 9 juillet- Proposition de loi portant création d'une Agence nationale de la cohésion des territoires : lecture définitive- Projet de loi portant création de l'Office français de la biodiversité et de la chasse, modifiant les missions des fédérations des chasseurs et renforçant la police de l'environnement : CMP ou nouvelle lecture- Proposition de loi visant à améliorer la trésorerie des associations- Proposition de loi relative à la création du Centre national de la musiqueMercredi 10 juillet- Proposition visant à homologuer des peines d’emprisonnement prévues en Nouvelle-Calédonie- Projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé : CMP ou nouvelle lecture- Projet de loi pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale- Proposition de loi de simplification, de clarification et d'actualisation du droit des sociétésJeudi 11 juillet- Débat d'orientation des finances publiques pour 2020- Projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés : CMP- Débat d'orientation des finances publiques pour 2020Vendredi 12 juillet- Suite ordre du jour de la veilleSemaine du 16 juilletAssemblée nationaleSénatMardi 16 juillet- Projet de loi pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale- Projet de loi portant création de l'Office français de la biodiversité, modifiant les missions des fédérations des chasseurs et renforçant la police de l'environnement- Projet de loi relatif à l'énergie et au climatMercredi 17 juillet- Projet de loi de transformation de la fonction publique : CMP ou nouvelle lecture- Proposition de loi visant à permettre aux conseillers de la métropole de Lyon de participer aux prochaines élections sénatoriales- Projet de loi relatif à l'énergie et au climatJeudi 18 juillet- Projet de loi de transformation de la fonction publique : CMP ou nouvelle lecture- Proposition de loi visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles- Projet de loi relatif à l'énergie et au climatVendredi 19 juillet- Projet de loi de transformation de la fonction publique : CMP ou nouvelle lecture- Projet de loi relatif à l'énergie et au climatCéline BAUDON, Eve DONNADIEU, Jacques GUIDEZ, Amandine ONG […]

  • Suramortissement en faveur des PME industrielles : quels biens peuvent en bénéficier ?
    le 24 juin 2019 à 22:00

    L’article 55 de la loi 2018-1317 du 28 décembre 2018, codifié à l’article 39 decies B du CGI, a instauré un nouveau dispositif dit « de suramortissement » en faveur des PME qui investissent dans la robotique et la digitalisation industrielle. Il prend la forme d’une déduction extra-comptable égale à 40 % de la valeur d’origine du bien éligible inscrit à l’actif immobilisé et pratiquée au cours des exercices clos à compter du 1er janvier 2019.La déduction exceptionnelle est ouverte aux PME au sens de la réglementation européenne (Règl. UE 651/2014 du 17-6-2014, annexe I). Dans une mise à jour de sa base Bofip du 15 mai 2019, l’administration précise que les critères de qualification (effectif salarié, chiffre d’affaires ou total de bilan) sont appréciés au titre du dernier exercice clos avant l’acquisition ou la fabrication du bien éligible, ou avant la signature du contrat de crédit-bail y afférent et sont calculés sur une base annuelle, soit 12 mois. Le dépassement ultérieur des seuils ne prive pas l’entreprise de pratiquer la déduction exceptionnelle pendant toute la période d’utilisation du bien (BOI-BIC-BASE-100-30 no 20).Les précisions administratives données à propos des biens qui peuvent bénéficier du dispositif sont présentées dans le tableau ci-dessous :Catégories énoncées à l’article 39 decies B, I du CGIPrécisions (BOI-BIC-BASE-100-30 nos 60 à 120)Équipements robotiques et cobotiquesIl s’agit des mécanismes programmables actionnés sur au moins deux axes, pouvant se déplacer et avec un degré d’autonomie pour exécuter des tâches prévues.Cette catégorie comprend notamment :– tous les types de robots industriels, qu’ils soient de type polyarticulé, cartésien, parallèle ou SCARA (bras de robot articulé à conformité sélective) ;– les lignes robotisées ;– les AGV (véhicules à guidage automatique) ;– les systèmes robotisés guidés par l’opérateur (cobots) ;– les systèmes robotisés portés par l’opérateur (exosquelettes) ;– les équipements périphériques indispensables au fonctionnement des robots (préhenseur, capteur, etc.).Équipements de fabrication additiveLa fabrication additive s’entend du procédé qui consiste à assembler des matériaux pour fabriquer des éléments, à partir de données modélisées en 3 D, en général par l’ajout de couches successives, quelle que soit la technologie utilisée (notamment fusion par laser, frittage par laser, dépôt de ?l ou stéréolithographie).Sont ainsi éligibles :– les machines de fabrication additive, autrement désignées par les termes d’imprimantes 3D ;– les outils de numérisation tridimensionnelle nécessaires à l’exécution du cycle de fabrication en vue de produire des biens.Logiciels utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformationLogiciels de conception, de simulation, de pilotage, de programmation, de suivi et de gestion de production, de maintenance.Cette catégorie recouvre notamment les logiciels de gestion de production assistée par ordinateur (GPAO), les logiciels de MES (gestion des processus industriels) ainsi que les logiciels utilisés pour la modélisation, la virtualisation, le traitement des images et la simulation des procédés et processus industriels (notamment les jumeaux numériques). Les ERP (progiciel de gestion intégré) de gestion de la production relèvent également de cette catégorie.Ne sont pas éligibles au dispositif :– les logiciels de gestion des contrôles qualité ;– les logiciels utilisés pour des opérations de recherche et développement.Machines intégrées destinées au calcul intensifMachines permettant de traiter des applications complexes en faisant appel à des ordinateurs spécialisés dans le traitement rapide de gros volumes de données numériques, et qui sont plus communément appelées « supercalculateurs ».Capteurs physiques collectant des données sur le site de production de l’entreprise, sa chaîne de production ou sur son système transitiqueLes capteurs doivent être utilisés pour des opérations de production.Cette catégorie recouvre notamment les capteurs connectés réalisant des mesures physiques avec ou sans contact ainsi que les dispositifs d’identi?cation, de traçabilité, de contrôle par vision et de géolocalisation des produits, quel que soit le type de données collectées. Les capteurs utilisés pour des fonctions support (maintenance, contrôle qualité, sécurité) ne sont pas éligibles au dispositif.Machines de production à commande programmable ou numériqueMachines de production dont le contrôle-commande est assuré numériquement. Cette catégorie comprend notamment, quel que soit le matériau traité, les machines de fraisage, tournage, usinage, recti?cation, d’électro-érosion, de découpe, d’assemblage, de contrôle dimensionnel, d’emballage et de conditionnement de soudage automatique.Les machines utilisées pour des opérations de maintenance ou pour des opérations situées en amont ou en aval de la production ne sont pas éligibles au dispositif (système d’alimentation de matière, évacuation de matière, contrôle qualité).Équipements de réalité augmentée et de réalité virtuelle utilisés pour des opérations de conception, de fabrication ou de transformationLes équipements de réalité augmentée utilisent une technologie qui permet d’intégrer des éléments virtuels tridimensionnels au sein d’un environnement réel.Les équipements de réalité virtuelle utilisent une technologie qui permet de faire percevoir à une personne un monde arti?ciel créé numériquement.en temps réel.Guillaume LARZULPour en savoir plus sur le dispositif de suramortissement en faveur des PME industrielles : voir Mémento Fiscal nos 9645 s. et FR 28/19 inf. 1 p. 2. BOI-BIC-BASE-100-30 […]

Contactez-nous

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons vous répondre dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour la recherche