Les plafonds d’exonération de CFE dans les zones urbaines en difficulté sont fixés pour 2021

 Dans A la une





Les exonérations temporaires de cotisation foncière des entreprises prévues au bénéfice des établissements situés dans des zones urbaines en difficulté s’appliquent dans la limite d’un plafond fixé par la loi, actualisé chaque année en fonction de la variation des prix constatée par l’Insee pour l’année de référence de l’imposition.

Dans une mise à jour de sa base Bofip en date du 3 février 2021, l’administration indique les plafonds applicables pour 2021. Ces plafonds sont fixés à un montant de :

– 29 886 € de base nette imposable pour les créations ou extensions d’établissements réalisées depuis le 1er janvier 2015 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (CGI art. 1466 A, I) ;

– 80 617 € de base nette imposable pour les créations ou extensions d’établissements réalisées dans les zones franches urbaines-territoires entrepreneurs jusqu’au 31 décembre 2014 (CGI art. 1466 A, I sexies) ou dans les anciennes zones franches urbaines (CGI art. 1466 A, I quinquies) ;

– 80 617 € de base nette imposable pour les petites entreprises commerciales existant au 1er janvier 2015 ou 2017 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ou qui y réalisent une création ou une extension d’établissement entre le 1er janvier 2015 ou 2017 et le 31 décembre 2022 (CGI art. 1466 A, I septies).

Jérémie DUMEZ

Pour en savoir plus sur les exonérations applicables dans les zones urbaines en difficulté : voir Mémento Fiscal nos 43610 s.

BOI-IF-CFE-10-30-50 nos 50 à 70 du 3-2-2021
Articles récents
Contactez-nous

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email et nous allons vous répondre dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour la recherche